Jus d'argousier sauvage des Hautes-Alpes :
le goût puissant des montagnes, concentré de bien-être


Argousier sauvage, cueillette au sÚcateur    Argousier sauvage et jus frais
(un grand merci à Serge Buisson, producteur de jus d'argousier sauvage frais à Gap, pour sa cueillette d'hiver - baies de décembre en montagne enneigée ! - )

Des connaisseurs l'affirment, "dans les Hautes Alpes pousse à l'état sauvage le meilleur argousier du monde" ! Cette excellence provient très probablement de l'extraordinaire variété géologique des Hautes-Alpes (à approfondir sur geo-alp.com) et une richesse proportionnelle des sols, à sa grande palette climatique (du méditerranéen provençal aux rigueurs de la haute montagne) et à sa nature préservée.

L'argousier (Hippophae rhamnoides) est un arbrisseau très épineux (les baies sont récoltées au sécateur et on ne peut que se souvenir des ces épines...) pourtant ubiquiste. "L'argousier est tout en épines, poussant sur les sols caillouteux là où les rivières ont tout dévasté, là où l'érosion a fait reculer toute forme de végétation. La baie d'argousier est un des seuls fruits, avec l'olive, dont la pulpe renferme une fraction huileuse. Mais à la différence de l'olivier, l'argousier ne pousse pas sur le pourtour méditérranéen : on en trouve en France dans les vallées des Alpes, sur les bords du Rhin en Alsace, et le long des côtes nordiques. Il croît aussi dans toute l'Europe centrale et en Asie, jusque sur les flans de l'Himalaya" (source Ekopedia), mais il s'en cultive aussi au Canada, par exemple, parce que la baie d'argousier, bien que rude et acide au palais, "contient cinq fois plus de vitamine C que le kiwi et trente fois plus que l'orange, elle est plus riche que le blé ou le soja en vitamine E, elle est gorgée d’antioxydants, d'oméga-3, et d'oméga-7, acide gras très rare qui favorisait la régénération de la peau et des muqueuses. Bref, c'est une petite bombe de santé". Avec autant de promesses (effectives !) de bien-être nutritionnel et cosmétique, il y a aussi de l'argousier cultivé, artisanat ou industrie selon le cas, produits vendus en officine, magasins spécialisés nature / bien-être et sur le web.

Historiquement, une grande marque en a proposé depuis longtemps en jus, sirop sucré (compléments diététiques) et une ligne cosmétique. Il y a aussi des produits d'autres provenances géographiques. D'une manière générale, les publications ne tarissent pas d'éloges pour l'argousier (exemple ici).
La production haut-alpine ou Alpes du sud n'est pas en reste avec une offre variée, par exemple dans le Champsaur de belles enseignes bio, argousier et produits dérivés et même plus avec entre autres une ligne culinaire argousier dont des sorbets.

Pourtant, en plaisir gustatif et en consommation bien-être et santé (1), à tous les produits plus élaborés nous préférons le pur jus frais d'argousier sauvage (ou flash pasteurisé à 72° selon la saison), vendu au litre sur le marché paysan de Gap, pression à froid à près de 400 bars (ou 40 MPa pour mégapascal, en unité SI) : 100 % jus nature, saveur puissante et arômes subtils, une véritable gourmandise pour les habitué(e)s - on s'y habitue très vite et on devient vite connaisseur ! - consommé tel quel (pas à la petite cuillère : plutôt un tiers ou un demi verre, ce sont quelques gorgées agréables et revigorantes). On peut utiliser le même jus dans de savoureuses recettes de préparations culinaires salées ou sucrées (indice cuisine : plus subtil que le citron) ou les baies fraîches dans des salades composées !



Suite    Statue "La liseuse"

Retour Ó l'accueil
Bookmark and Share
© 2010 - Anima Gap -
(1) NB - ce document a été élaboré avec beaucoup de soin, toutefois dans le domaine santé, diagnostic, intention de soin ou d'adjuvant à un traitement médical, consultez votre médecin !